Consommation à  but récréatif du protoxyde d’azote : quels risques ?

La découverte et l’utilisation de certains composés chimiques, ont permis de révolutionner le monde dans plusieurs domaines, dont la santé et la mécanique. C’est le cas du gaz hilarant, connu sous le nom de protoxyde d’azote. Aviez-vous entendu parler de ce gaz ? Le protoxyde d’azote est un gaz un peu différent de plusieurs autres gaz, d’abord par ses caractéristiques, ses utilisations et ensuite par ses dangers en cas de mauvaise utilisation. Bien qu’il soit connu pour ses bienfaits dans les divers domaines, sa consommation à but récréatif présente des dangers pour l’organisme. Découvrons les dangers et les risques liés à un détournement à titre récréatif.

Quelles sont les caractéristiques du protoxyde d’azote ?

À ne pas confondre avec l’azote, le protoxyde d’azote est un gaz appartenant à la classe des gaz à effets de serre, après les trois premiers gaz (l’eau, le dioxyde de carbone et le méthane) à effets de serre. Il a pour formule brute N2O et a un grand pouvoir réchauffant. Toxique à certaines doses en cas d’inhalation, il est également dangereux pour les yeux et la peau. Encore appelé oxyde nitreux, le protoxyde d’azote appartient aux classes d’anesthésie générale et d’analgésique. C’est d’ailleurs, ce qui justifie son utilisation comme anesthésie en chirurgie ainsi que comme analgésique dans les médicaments destinés à calmer les douleurs. Il s’utilise également dans les bonbonnes de crèmes chantilly, comme propulseur.

Le protoxyde d’azote est un gaz qui présente plusieurs bienfaits liés à ses propriétés et/ou caractéristiques.

Quels sont les dangers du protoxyde d’azote ?

Gaz hilarant, le protoxyde d’azote présente plusieurs propriétés qui justifient ses différentes utilisations en chirurgie ainsi que comme drogue. En effet, le protoxyde d’azote est utilisé comme anesthésiant (par inhalation), pendant les opérations chirurgicales avec un risque élevé d’asphyxie. C’est ce qui a conduit à sa fabrication en des bouteilles, avec 50 % d’oxygène. Malgré cette mesure, l’inhalation de ce gaz n’exclut pas les symptômes de très courte durée, tels que : l’euphorie, le fou rire et des hallucinations. Certains patients peuvent également sentir des maux de tête ou des vertiges.

Le manque d’information sur les dangers de la consommation de ce gaz comme drogue illicite, a conduit les jeunes à l’utiliser à des fins récréatifs.

Ce gaz, autrefois bénéfique, est détourné pour être utilisé pendant les free parties et les soirées.

Dangers de la consommation à but récréatif du protoxyde d’azote

Le protoxyde d’azote est utilisé dans ce cadre, pour ses propriétés psychodysleptiques, c’est-à-dire comme substance ou drogue hallucinogène. Ce type d’usage répété et à intervalle rapproché du protoxyde d’azote, provoque chez ces derniers, des maux de tête, des vertiges, des fous rires ainsi que de graves troubles du rythme cardiaque. Dangereux à des doses, il provoque chez certains jeunes, une distorsion visuelle et auditive. Le fait que son inhalation présente des symptômes de courtes durées, ces jeunes en abusent et se retrouvent souvent avec d’autres symptômes, tels que : les nausées, les vomissements, les crampes, les douleurs abdominales, la diarrhée, etc. À forte dose, il peut entraîner des carences en vitamine B1, dont le manque causerait des dommages à la moelle épinière et/ou des troubles neurologiques.

Par ailleurs, le grand danger de la consommation à but récréatif du protoxyde d’azote, est qu’il peut aussi provoquer la mort. La cause du décès, est souvent liée à une brûlure régulière dans l’organisme ou le manque d’oxygène (asphyxie). Attention donc à la consommation à but récréatif du protoxyde d’azote, qui présente des risques très graves pour la santé.